Moi, être humain, n'ai pas de meilleure maison à ouvrir aux oiseaux.

4 vraies bonnes raisons →
1

Un nichoir à oiseaux qui convient aussi aux humains. Enfin!

Pas un grossier assemblage de planches, moche, compliqué à suspendre et pénible à nettoyer.

Juste un nichoir durable, au design épuré, qui se suspend et s’entretient en un tour de main.

2

La solution pour les amis des oiseaux avec deux mains gauches. Enfin!

Adieu vis, fil de fer, ficelle, marteau, clous et crochets! Et pas d’acrobatie périlleuse sur une chaise ou un escabeau!

Le Lovenest est prêt à être suspendu par sa sangle à boucle à une branche.

3

Choisir ses locataires à plumes. Enfin!

Le Lovenest offre un trou d’envol interchangeable. Sans insert, il accueille étourneaux sansonnets et sittelles.

Avec le petit insert, il laisse entrer les mésanges bleues, nonnettes, huppées et noires.

Par le grand insert, mésanges charbonnières, moineaux friquets, gobemouches noirs et sittelles peuvent s’installer.

Pour les bergeronnettes grises ou les rouges-queues, il existe un Lovenest semi-ouvert.

4

Moins de boulot entre deux locataires. Enfin!

Le Lovenest résiste au temps et aux intempéries. Sans entretien.

Les petits locataires une fois envolés, il suffit de décrocher le Lovenest, d'ouvrir le nichoir en deux et de le tapoter sur le sol pour le vider. Un petit coup d’eau chaude pour le désinfecter, on le referme et le suspend à nouveau. C’est tout.

Moins de dix minutes de travail par an pour le confort et la sécurité d’une famille d’oiseaux.

Nous, oiseaux, ne pourrions pas trouver de meilleure maison chez les humains.

4 vraies bonnes raisons →
1

Quelqu'un a remarqué que les oiseaux ne bâtissent pas de nid carré. Enfin!

Le Lovenest est cylindrique, naturellement. Comme un vrai nid. Il est mieux tempéré qu'un nichoir conventionnel.

Des parois de trois centimètres en bois massif tout autour et un toit bien aéré par le dessous pour une protection qui durera des décennies.

2

Un sommeil divin, sans peur des prédateurs. Enfin!

Le Lovenest se suspend par une sangle à une branche ou se fixe sous un toit – hors de portée des prédateurs.

La construction est conçue pour qu’un chat ou une martre agile perde l'équilibre. Sans aucun danger pour le précieux contenu du nid.

3

Les futurs occupants savent illico à quel nichoir se vouer. Enfin!

Le trou d'envol est adapté à la taille de l'occupant attendu. On s'y sent en sécurité. Sans insert, le Lovenest accueille étourneaux sansonnets et sittelles.

Avec le petit insert, il laisse entrer mésanges bleues, nonnettes, huppées et noires. Et par le grand insert, mésanges charbonnières, moineaux friquets, gobemouches noirs, sittelles, rouges-queues à front blanc ou encore torcols fourmiliers.

En version semi-ouverte, le Lovenest attend les bergeronnettes grises ou les rouges-queues.

4

Trouver un logement propre n'est plus un souci. Enfin!

Les amis des oiseaux trouveront sûrement dix minutes pour nettoyer leur Lovenest entre deux occupants.

Dès l'automne, avant le grand froid, le nichoir est propre et accueillant. Il offre une chambre d'incubation immaculée pour le printemps.


Le Lovenest est notre contribution à l’amélioration des conditions de vie des oiseaux qui peuplent nos jardins, nos parcs et nos forêts. Le nichoir est une composante essentielle de leur bien-être – au même titre que les prairies fleuries, les haies, les vergers et les cours d’eau.

Les prés fleuris, buissons à baies, haies, arbres fruitiers ou tas de branchages des particuliers sont bien plus utiles que les belles pelouses des terrains de golf. Et les zones sauvages, même si ce ne sont que des îlots, sont un plus pour la nature. Les prairies fleuries attirent notamment les insectes dont se nourrissent les oiseaux.


– 2 cylindres fraisés en bois naturel contrecollé
– 1 toit un peu surélevé pour une bonne aération et une protection multi-intempéries
– 1 sangle à fermeture rapide, avec vis de fixation et joints
– 1 axe composé d’une tige filetée à écrou papillon
– 2 inserts pour varier le trou d’envol, avec vis de blocage


Samuel Gerber, de Zurich, (www.samuel-gerber.ch) a conçu et dessiné le Lovenest en vue de la production en série. Au début de sa carrière, il a conçu et fait construire avec succès des milliers de maisons individuelles sur catalogue – dont la fameuse maison suisse «Penta» – ce qui lui a valu le surnom de star secrète du prêt-à-porter architectonique (Der geheime Star des architektonischen «Prêt-à-porter», NZZ Folio, 5/04).

C’est sur le tard et tout à fait par hasard que Samuel Gerber s’est lancé un nouveau défi: les maisons individuelles pour les oiseaux. Au printemps 2016, il a découvert un nid de bergeronnettes grises sous le store de sa maison au bord du lac de Morat. Fasciné par ses locataires, il a commencé à s’intéresser aux oiseaux et s’est beaucoup documenté sur le sujet. En quête d’un nichoir plus pratique et plus joli, il a rencontré l’ornithologue Paul Leupp à Chiètres. Ils ont ensemble développé un concept de nichoir. Après étude des fiches de la station ornithologique suisse de Sempach et grâce à la longue expérience de l’ornithologue, 12 nichoirs différents ont été placés sur les 5000 m2 du grand terrain en bordure de lac. Aux beaux jours, quelque 70 mésanges, moineaux, bergeronnettes grises, passéridés et sturnidés ont quitté ces nichoirs conventionnels. Une étude grandeur nature qui a permis à Samuel Gerber, l’architecte, de comprendre ce qu’il manque aux nichoirs conventionnels et quels sont les vrais besoins des oiseaux.

Ses différents essais de nichoirs creusés dans des troncs ont ensuite échoué. Soit parce que l’écorce est rapidement tombée, soit parce que le bois s’est fendu. Et surtout parce qu’un tronc vide attire beaucoup les pics, comme l’ornithologue Leupp le sait bien, après 50 ans d’observations.

L’idée du tronc évidé a donc été perfectionnée par l’architecte Samuel Gerber. Martin Schuck, chef du programme de conservation des espèces de BirdLife Suisse, a été aussi de bon conseil.

Les pionniers

Le tout premier prototype Lovenest A000 est suspendu chez Eric et Helga Honegger au Arkadenhof (Gerersdorf/Burgenland) en Autriche. www.der-arkadenhof.at

Les Lovenest A001 et B001 sont suspendus chez Paul Leupp à Chiètres. L’ornithologue a joué un rôle essentiel dans la conception du Lovenest.

Martin Schuck, chef du programme de conservation des espèces, ASPO/BirdLife Suisse, a reçu à Zurich les Lovenest A002 et B002.

Paul Schär, Hector Egger Holzbau AG, co-développeur des cylindres en bois, est l’heureux propriétaire du Lovenest A003.

Le Lovenest A004 est suspendu chez Swiss Prime Fondation de placement à Zürich.

Le Lovenest B004 se trouve chez Gabrielle Gerber à Môtier sur le lac de Morat.

Le Lovenest A005 se trouve chez Zippora Odermatt, graphiste chez schneiterpartner AG.

Le Lovenest B005 se trouve chez Christian et Elisabeth Gerber à Schönried.

Le Lovenest A006 est chez Urs Eberhardt et Cat Ruytinx, publicitaires, à Bâle.

Le Lovenest A007 est chez Andy Schneiter de schneiterpartner AG.

Le Lovenest A008 se trouve chez Guiseppe de Vecchi à Poschiavo.

Le Lovenest A009 est suspendu chez Peter & Christine Ruckstuhl à Langenthal.

Le Lovenest A010 est, avec tous nos remerciements, chez Michael Gerber à Zurich, photographe et auteur de www.birds-online.ch.


Le colis avec le Lovenest portant le n° de série A011 a été envoyé au Professeur Reinhold Ganz à Gümligen.